top
Maison Heinrich Heine
Fondation de l'Allemagne – Maison Heinrich Heine
ciné-club
cinéma
Die Brücke am Ibar (My beautiful country)
de Michaela Kezele

vendredi 24 février 2017
de 20h00 à 21h30

Allemagne, 2012, 88 mn., vostfr

avec Zrinka Cvitešić et Mišel Matičević

Kosovo 1999 : la guerre civile sévit entre Serbes et Albanais. La jeune veuve Danica vit avec ses deux fils Vlado et Danilo dans la partie serbe d’une petite ville divisée en deux quartiers par le fleuve Ibar : d’un côté les Serbes et de l’autre les Albanais. La mort du père pendant la guerre a laissé des séquelles chez les enfants : Danilo est devenu muet et son frère ainé Vlado s’est renfermé sur lui-même et abandonne l’école. Leur vie change brusquement lorsqu’un soldat albanais blessé, Ramiz, cherche refuge chez eux. Contre tout bon sens, Danica décide d’accueillir et de soigner Ramiz, mettant sa propre vie et celle de ses enfants en danger.

*****

Cycle

janvier - mars 2017

Femmes dans le monde

Que peut-on apprendre des femmes dans le monde ? L’égalité entre les genres et les droits des femmes sont aujourd’hui considérés comme un acquis en Europe. Cependant, les questions liées au rôle de la femme, l’engagement féministe et les rapports entre genre et religion suscitent de vifs débats dans nos sociétés contemporaines. Plus que jamais, il est primordial de dépasser les frontières nationales et de jeter la lumière sur des femmes de différents pays et cultures afin de s’affranchir des amalgames et visions stéréotypées de la femme.

Le cycle de ciné-club Femmes dans le monde propose ainsi des films qui montrent comment des femmes à des époques et dans des contextes culturels très différents affrontent des défis, surmontent des crises personnelles et poursuivent leur rêve. Auteure, philosophe célèbre, artiste souffrante, mère courageuse, réfugiée, étudiante, paysanne, jeune résistante - les femmes présentées, leur situation de vie, leur rôle, leur personnalité, sont aussi différentes que leurs approches.

Ainsi Frida (2002) raconte-t-il, dans le Mexique des années vingt, le tumulte intérieur de l’artiste Frida Kahlo après le traumatisme d’un grave accident. Alitée, elle commence à peindre sa souffrance et devient une des artistes les plus importantes dans l’histoire de l’art. Face à un conflit tout à fait différent, Hannah Arendt (2011) suit dans les années soixante le procès contre le criminel nazi Adolf Eichmann à Jérusalem. Sa théorie sur la « banalité du mal » reste d’actualité aujourd’hui. Dans la France des années soixante-dix, apogée du mouvement féministe, Delphine et Carole (La Belle Saison, 2015) vivent un amour intense et libéré, jusqu’à ce qu’elles soient confrontées au dilemme entre passion et attentes sociales. S’opposant à l’expropriation de ses citronniers par le gouvernement de la Cisjordanie, la veuve palestinienne Salma (Les Citronniers, 2008) entame un procès afin de lutter pour ses droits. Autre révolte, la jeune saoudienne Wadjda (2013) rêve de participer à une course à vélo dans un pays où faire du vélo est interdit aux femmes.

Malgré les différences temporelles, personnelles, géographiques, culturelles, religieuses, qui existent entre ces protagonistes féminines, ce qu’elles ont toutes en commun, c’est le courage de s’émanciper et de dépasser des obstacles et des limites, de même que leur engagement, à des niveaux très différents, pour leur cause.

en liaison avec
sans réservation

participation aux frais
5 € (plein tarif) - 2,50 € (étudiants)